Daniel Balavoine
 
Daniel Balavoine
 
Daniel Balavoine
 
Daniel Balavoine
 
Daniel Balavoine
 
Daniel Balavoine
 
 
 
Association
 
Biographie
 
Discographie
 
Bibo Quiz
 
C'est un voyou
 
Hommages
 
Aziza
 
Le Chanteur
 
Inoubliable
 
Face à Face
 
Forum
 
Paroles
  Photos  
Presse
  Sauver l'Amour  
Télévision
 
 
par Gilles Verlant et J. Christophe Pasquier--Trotot Extrait de l'émission "Sept sur Sept" (TF1)
du 23 Octobre 1983
 

La raison pour laquelle il y a plein de gens qui ne peuvent pas le supporter, c'est qu'il sait ce qu'il veut. Il sait ce qu'il veut faire dans ses disques, dire dans ses chansons, comment il a envie de faire de la scène.

Ca paraît très simple mais c'est plus difficile qu'on ne pense. Parce que ça veut dire que tous les gens qui travaillent autour de lui sont obligés de réviser leur idée de confort.

Je crois qu'il réussit à imposer ce qu'il a vraiment envie de faire et ça c'est une nouvelle race de chanteurs !

Ca vient de sortir comme dirait Coluche.

Evidemment ça veut dire aussi beaucoup d'angoisse parce que quand quelqu'un a envie d'écrire quelque chose de fort plutôt que de devenir riche ou alors qu'il aime mieux faire un beau spectacle que d'être simplement connu, c'est une autre manière de vivre.

Moi , c'est ce qui me plaît dans Balavoine.

A part ça, c'est mon copain mais ça n'a absolument rien avoir.

Michel Berger (Propos recueillis par Didier Lecat, France-Inter, 1983)



L'actualité de la fin du mois d'octobre 1983 ce sont des manifestations de jeunes pacifistes et surtout des événements dramatiques au Liban: le matin même, deux camions suicide ont explosé devant les bâtiments abritant les troupes françaises et américaines à Beyrouth et cinquante-huit soldats français ont été tués. Devant cinq millions de téléspectateurs Daniel va saisir l'occasion pour prendre violemment position, ce qui va déchaîner la fureur des anciens combattants. Comme on va le voir, il avait des circonstances atténuantes.

Daniel > Avec le Liban, les jeunes ont maintenant "leur" guerre et c'est pour ça peut-être qu'ils éprouvent le besoin de manifester. Je voudrais dire que manifester contre les Pershings, les SS 20, c'est formidable, mais tout se passe en ce moment comme si c'était plus grave de tuer avec des missiles que de tuer avec des armes conventionnelles. Je trouve ça un peu curieux. Manifester pour la paix, c'est manifester contre la guerre quelques soient les armes utilisées (...) On dirait qu'il y a maintenant une hiérarchie des crimes (...) Avec l'armement conventionnel, on arrive à faire des milliers et des milliers de morts par jour et tout le monde s'en fout. Je trouve ça dramatique. Voilà ce que je voulais dire sur le pacifisme.

Jean-Louis Burgat > Daniel Balavoine, sur le Liban, il faut préciser que vous êtes concerné directement par ce qui s'est passé.

Daniel > (...) On entend souvent dire que les adultes: "Oui, ça se voit que vous n'avez pas connu la guerre, il vous faudrait une bonne guerre." Moi je leur dis maintenant bien en face: on l'a, la guerre ! Ma mère a connu trois guerres puisqu'elle est née avant la première, elle a vécu la deuxième et ce matin elle a eu la guerre, la vraie, puisque mon frère est au Liban et ma mère, à sept d'heures du matin, a su qu'il y avait des soldats là-bas qui étaient morts. Elle ne savait pas sur qui c'était tombé et jusqu'à midi, elle s'est rongée les sangs pour savoir si mon frère était dans le tas ou pas. Alors je voudrais dire devant tout le monde que j'emmerde les anciens combattants, qu'on a autre chose à foutre que s'occuper des anciennes guerres (...) et que le jour des commémorations on ferait mieux de manifester pour les guerres qu'il y actuellement ! Si mon frère pouvait m'entendre, je lui dirais de revenir parce qu'on lui dit qu'il va là-bas pour la paix et ce sont des mensonges ! Il va là-bas pour les enfoirés des pouvoirs qui ont créé les guerres (...) et que tout ça c'est de la saloperie (...) il faut qu'on nous change la vie, on voudrait apprendre à nos enfants autre chose que ce qu'on nous a appris (...) Alors je dis que tout ça suffit, qu'il nous faut la paix, qu'on veut la vraie paix (...) Et j'emmerde en même temps ceux qui croient que c'est facile de le faire parce qu'ils n'ont qu'à venir le faire à ma place.

Télécharger l'extrait audio de
l'émission "Sept sur Sept" (en MP3)

Non à la guerre... Oui à la paix dans le monde !

Face aux vives protestations d'associations d'anciens combattants, Daniel accepte de s'excuser sur le plateau de "Champs Elysées" sur Antenne 2, le 5 novembre 1983.

Daniel > (...) Alors je voudrais dire ceci: très sincèrement, ce que j'ai dit ce jour-là était exclusivement et clairement adressé à ceux qui souhaitent à la jeunesse actuelle "une bonne guerre pour qu'elle apprenne à vivre." (...) Pour les autres, qui sont les déportés, ou des gens qui se sont battus, qui ont résisté pour leur liberté, voire pour la nôtre, je suis sur que ces gens-là ne peuvent pas souhaiter à leurs enfants d'endurer eux-mêmes. Alors si ma manière de m'exprimer a fait qu'ils se sont sentis visés par mes propos, je le regrette. Je ne dis pas que je m'excuse, c'est mieux, je suis navré. (...) Mais je ne partirai pas d'ici sans dire que, contrairement à ce que souhaitent certains, avant d'être un chanteur, je suis un homme avec ses emportements, ses excès, ses colères (...) Je vous remercie, je ne recommencerai plus, ou alors plus poliment.

Télécharger l'extrait audio des excuses
de Daniel Balavoine (en MP3)

Sources : livre "Balavoine" de Gilles Verlant

Remerciements à Chantal pour ces documents

Viens danser

Viens danser
Viens frôler la mort
Dans l'armée
Oh le rythme à du corps

Faut s'allonger te planquer
Eviter les balles doum doum
Si tu tires pas le premier
Ou si tu fais le clown
Y'a ta tête qui va faire boum

Quand la guerre est déclarée
Faut se lever pour saluer
Pour le pouvoir d'un seul homme
Et tuer des milliers
Ça fera une fête pour danser

Gros sous-marins
Et jolies croisières
Ça fait rêver
Les beaux militaires

Toujours d'accord pour partir
Jamais sûr de revenir
Pour qui vient de se marier
La guerre y'a rien de pire
Sauf pour qui aime frémir

Quand les couleurs sont hissées
Faut se lever pour saluer
Et la fanfare va jouer
Un air pour encourager
Ce rythme a ses qualités

Une vie de chien
Moi ça me fait pas peur
Obéir
C'est peut être le bonheur
Pas besoin d'avoir d'idées
On nous fournit la rancoeur
Quand l'uniforme est porté
On comprend mieux sa valeur
Prestige pour les jolis coeurs

Si vous passez sur la place
Pour venir me ramasser
Surtout ne cherchez pas la trace
C'est dans le dos qu'on m'a tiré
Devinez dans quel sens j'allais

Crédits : Editions Rougeagèvre,
Disques Barclay (Universal Music)





 

Clin d'oeil à Renaud & Axelle Red pour
la chanson Manhattan Kaboul,
extrait de son album Boucan d'Enfer

Hit-Parade

 



 

Pour un vrai hommage à Daniel Balavoine

Signez notre pétition pour la réalisation d'un
documentaire hommage complet à la Télévision