Tous les cris, les S.O.S.
Ils se mettent à deux
pour un "Numéro 1"


Télé Poche,
4/8/79

DANIEL BALAVOINE ET LOUIS CHEDID : UN SANG NEUF ABREUVE LEURS MICROSILLONS !

TÚlÚ Poche 4/8/79

Balavoine rêvait d'être député. Chédid, plus ambitieux, voulait être cinéaste. Le premier s'est vite rendu compte que s'il désirait s'exprimer à la télévision, il pouvait le faire aussi par la chanson et que ce serait sans doute plus agréable pour tout le monde. Le second poussa plus loin son idée puisqu'après le baccalauréat, il fit en Belgique des études de cinéma et réalisa trois courts-metrages. Mais la chanson le turlupinait depuis des années. Exactement depuis qu'il avait trouvé dans la cave de ses parents une guitare espagnole et qu'il avait, tout seul, appris à jouer le thème de « Jeux Interdits ».
Daniel a vingt-six ans. Louis en a à peine trois de plus pourtant il parait beaucoup plus mûr, nous allions dire plus adulte. Mais le côté bébé joufflu de Balavoine est trompeur. Dès que l'on a échangé avec lui quelques mots on s'aperçoit qu'à l'intérieur de la tête l'expérience s'est déjà inscrite, la vie a marqué sa trace, les idées se sont affirmées. Sans doute cela explique-t-il I'entente si immédiate entre les deux garçons. Mais il faut ajouter un autre point commun : le sens de I'humour . -

Ainsi, demandons-nous, vous ne vous connaissiez pas I'un l'autre
Daniel et Louis se regardent. lls ont en vie de rire. Puis, faussement détaché, Daniel attaque : - Personnellement je ne le connaissais pas du tout mais lui avait sans doute entendu parler de moi. Les yeux de Louis sourient. II cherche la réplique sans en avoir l'air : - Oui, affirme-t-il. j'avais dû entendre son nom en effet... Parmi tant d'autres, je ne m'en souvenais plus. Match nul

lIs éclatent de rire et recommencent à s'envoyer des piques par-ci, par-là, se forcant tout de même à être sérieux de temps en temps car ils sont devant un journalisle qui risque d'écrire n'importe quoi - chanson connue - et que penserait alors le lecteur ? D'autant plus que Louis Chédid se méfie des idées trop vite faites. II est très content naturellement que son &#