Tous les cris, les S.O.S.
Interview de
Claude Sapin


Marjorie,
1980

Je suis un être exceptionnellement quelconque !

APRES SOUCHON ET SES MOTS ACCOLES, SON STYLE SI IMITE,
APRES RENAUD ET SON REALISME BANLIEUSARD, LA GRANDE REVELATION
DE LA CHANSON FRANCAISE, C'EST INCONTESTABLEMENT DANIEL BALAVOINE...

La profession de foi de Daniel Balavoine est empreinte de la lucidite des rêves. Son enfance aurait pu effectivement etre celle de n'importe quel autre Français de sa génération, mais il s'est vite cramponné au gouvernail de sa destinée pour lul donner un cap bien différent... Né le 5 fevrier 1952, il voit s'ouvrir devant lui un avenir douilet et respectable bordé de longues etudes. II est le benjamin d'une famille aisée du Sud-Ouest de la France et cet avenir est tres logique. Il sera deputé.

II était encore perdu dans ses rêves
Et les autres élèves
Pensaient qu'il venait du pays des fous
des mots de velours coulaient de ses lèvres
En torrent d'amour flou.

Daniel Balavoine

Dans la pension ou il passe toute son enfance, Daniel Balavoine se prend de passion pour le français mais pas pour les études et pas du tout pour la routine. "Par paresse", dira-t-il, mais plutot par prescience, son esprit se met à gambader sur la gamme puis sur les cordes d'une guitare. Emerveillé, il connait son premier public dans une maison de la culture ou il fait ses armes pendant un an et où son virus musical devient peu à peu incurable...

C'est entre ma musique et moi
Dans ma musique et mon patois
Que je cascade
Et je me noie.

Daniel Balavoine connait alors les affres des galas, les problemes existentiels des groupes qui se font le soir et se défont a l'aube, les insomnies des tournées de province.

La réputation de sa voix étonnante lui permet un jour de monter à Paris. Le clin d'oeil du destin n'est pas discret. Sa rencontre avec Patrlck Juvet en est un autre, qui les stimulera tous les deux : le premier, sous la plume du second, entame la nouvelle phase qu'on connait. Quant à Daniel Balavolne, son talent fleurlt et éclabousse, sa musique sort de I'ombre et, de choriste, il devient vraiment l'instrument de son art : Le Chanteur.

Et partout dans la rue le veux qu'on parle de mol
Que les fllles soient nues, qu'elles se jettent sur moi
Qu'elles m'admlrent, qu'elles me tuent
Qu'elles s'arrachent me vertu.

Oeil de velours et crinière d'anarchiste, Daniel Balavoine réusslt la difflcile synthèse des aspirations multiples d'un enfant du siècle. Auréolé de blanc par le dossler de son grand fauteuil de rotin, caressant son chien, il sait s 'émerveilIer, parler d'amour ou de pianos blancs au milieu des fleurs. Sa muslque a alors des accents de rêve dont on recherche les racines au fond de soi, dans une pureté passée. Decontracté et le regard espiègle, sa détente peut se peupler de gags jusqu'au fou rire mortel. L 'index pointe sur la vie, il sait aussi bien règler leur compte, en chantant, à des problemes qui concernent tout le monde, que falre naître une bizarre émotion avec ceux qui quelquefols ne concernent que lul. Une drôle d'émotlon qul monte et qui descend dans la gorge. Ses ennemls à lul s'appellent mensonge, lâcheté et hypocrlsie. Ses larmes, elles, se nomment Ilberté, art, amour