Tous les cris, les S.O.S.
Balavoine aboie...

France Soir,
24/10/83

Y-aurait-il eu des journalistes qui auraient eu peur que Daniel Balavoine prenne leur place un jour parce qu'il osait dire tout haut ce que eux pensaient tout bas ?

Manifestement, cette inquiétude était bien réelle chez certains journalistes...

La vague contestataire Balavoine/Coluche a fait quelques remous et certains journalistes ont pris leur plume pour jouer les brises-lames.

J. Christophe Pasquier--Trotot


...Et l 'actualité passe, De radio libre en émission de télé, le chanteur va-t-il devenir le rase-bitume obligatoire des médias ?

Le café du commerce ? C'est sur 95.2, tous les jours à 18 h 30, des propos lénifiants, une vulgarité de bon ton et les ondes hertziennes niveau zéro. Le maître de cérémonie, Daniel Balavoine, chronique... Non, mauvaises langues, ce n'est pas pour renflouer sa tirelire, iI travaille bénévolement. Arrivé au studio, tous les jours, dès 14 heures, il s'accorde trois heures de revue de presse avant d'enregistrer (en vrai profesionnel) ses déclarations désormais historiques puisque magnetisées.

Un surplus de travail « pour aider la station qui n'a trouvé aucun journaliste pour faire ce que je fais. Et j'en ai plein partout que l'on me dise que c'est facile. Je suppose que c'est parce que c'est trop tacile que ça n'intéresse personne de le faire à ma place. Y'en a pas beaucoup sur le front, hein, les mecs, alors baissez-vous et fermez-là... Je t'emmerde