- - -
En-tête En-tête -
 
 
Daniel Balavoine
 
Daniel Balavoine
 
Daniel Balavoine
 
Daniel Balavoine
 
Daniel Balavoine
 
Daniel Balavoine
 
 
 
Association
 
Biographie
 
Discographie
 
Bibo Quiz
 
C'est un voyou
 
Hommages
 
Aziza
 
Le Chanteur
 
Inoubliable
 
Face à Face
 
Forum
 
Paroles
  Photos  
Presse
  Sauver l'Amour  
Télévision
 
 
SON DERNIER S.O.S. CONTRE LA FAIM :
"IL FAUT AGIR !"

Interview de Camille Scoffier,
VSD, janvier 1986

par J. Christophe Pasquier--Trotot
 

Un homme qui, en 1986, meurt encore de faim, est une insulte à soi-même et à l'humanité toute entière !

Daniel Balavoine

Il y a quelques jours, nous avions demandé à Daniel Balavoine de nous expliquer pourquoi il partait en Afrique. Pourquoi il s'engageait avec son cœur et ses poings fermés dans la nouvelle opération de l'organisation humanitaire Band Aid.

Pourquoi, enfin, il invitait les enfants des classes françaises à participer avec lui à "Action Écoles", avec Michel Berger et France Gall, et à recueillir des vivres pour aider ceux qui souffrent de la faim à ne pas mourir.

Voici ce qu'il nous avait écrit :

Et si nous nous trompions, si ce n'était pas seulement une question de cœur et d'idéal mais aussi une question d'intelligence et de réalisme. Alors, nous ne parlerions plus de lutter contre la faim dans le monde mais pour la fin du monde insensé.

Faire la charité au hasard, ça ne sert à rien. Si ce n'est à se donner bonne conscience. C'est pour ça que je m'engage aujourd'hui dans "Action Écoles". Parce que c'est une action profondément différente. Un acte politique et économique. Et parce que c'est bien de se sentir impliqué en parlant vrai. Si je le fais, c'est aussi pour pouvoir demander à d'autres de s'engager avec moi.
Et puis c'est un acte philosophique. Moral. Il faut éviter que les denrées n’arrivent en Afrique sous forme de soupe populaire. Il faut préserver la dignité des gens. Il ne s’agit pas là d’un héroïsme de chanteur en croisade mais d’une motivation personnelle. Pas de charité, mais de la nécessité. Et peut-être tout simplement du réalisme. Il s’agit de lutter contre ce monde inhumain. Pas forcément par bonté ou par cœur, mais peut-être tout bêtement pour soi. Parce qu’un homme qui, en 1986, meurt encore de faim, est une insulte à soi-même et à l’humanité toute entière.

Ce que je veux dire aux enfants, c’est : " Il faut agir ! "

Et peu importent les raisons qui les poussent à le faire. Au moins, leurs motivations seront vraies et honnêtes. Il faut balayer les habitudes. Cela ne sert à rien de se consterner, de protester vainement, de geindre.
"L’école en guerre contre la faim", c’est beaucoup plus que cela. Beaucoup plus fort encore. C’est du moins comme ça que je le ressens, sans bluff ni larmes.

Il faut voir les choses comme elles sont, même si elles dérangent. Les adultes ne voient pas, ne comprennent pas toujours cela. Alors, je fais appel aux enfants pour les aider à comprendre.
Il n’est plus question de quête ou de sollicitation mais d’action. Un passage de relais entre eux, nous et le monde. Tout le monde. L’étape importante d’un combat de longue haleine.
Pour telle action, je n’envisage pas l’échec une seule seconde. Mais si, par malheur, c’était un échec, alors ce serait la honte. Une honte si violente qu’elle devrait nous brûler comme le soleil brûle le désert.


 


Un enfant assis
attend la pluie

La braise cachée de cendre est en vie
Comme la fleur
Eblouie
Timidement sort de l'ortie
L'horizon se déplie
En ouvrant son toit
Le ciel enfante un soleil qui tire
La mémoire de l'oubli
Et les yeux grands ouverts
Délivrés de la nuit
Je sais que quelque part
Un enfant assis assis
Attend la pluie

L'enfant séché sur le sol d'Erythrée
Les traits tirés
Tire un trait
Sur cette terre aride et ridée
Dont il a hérité
En refermant son toit
Le ciel enterre un soleil qui meurt
Mais la mémoire survit
Et les yeux grands ouverts
Prisonniers de la nuit
Il me reste l'image
De ce corps meutri
Qui pousse un cri

Entend ce cri
Entend ce cri
Son lit de poussière a besoin de pluie
Fleuve de pierre
De ces yeux lunaires
Ses larmes sèches n'ont pas de prix
Tombe la pluie

Crédits: Disques Barclay
(label Universal Music)


Clin d'oeil à Amadou & Mariam pour l'album Dimanche à Bamako


Apportez votre soutien à :

Action contre la Faim

Hit-Parade

Depuis, l'action continue avec
l'Association Daniel Balavoine :

Interview de Claire Balavoine
(Le Parisien, Janvier 1999)
  Interview de Claire Balavoine
(Tele Star, Juin 2000)

Remerciements à Chantal pour ces documents.


Pour plus d'informations,
vous pouvez contacter
l'A.D.B. par courriel
ou par téléphone au

01 40 35 15 16

Mardi et jeudi de 9h à 16h.
Mercredi de 14h à 20h.

 

Pour apporter votre soutien, merci
d'envoyer un courrier avec une
enveloppe timbrée pour la réponse à :

Association Daniel Balavoine
4 rue du Département, 75019 PARIS



Découvrez aussi l'association créé en hommage au pilote
de l'helicoptère dans lequel Daniel Balavoine est décedé.

Association François-Xavier Bagnoud


Site officiel de l'Association Daniel Balavoine